La recherche scientifique et ses débouchés opérationnels 2001-2011

En 1995, la France se dote de son premier plan national d’action pour les zones humides. Une de ses actions phare est le Programme National de Recherche sur les Zones Humides (PNRZH) qui a soutenu des projets de recherche originaux. Il a contribué à l’émergence d’équipes scientifiques spécialisées sur les zones humides. Depuis 2001, d’autres plans nationaux d’actions en faveur des milieux humides se sont succédés mais sans soutien spécifique à la recherche scientifique. La recherche ne s’est cependant pas interrompue depuis. Des connaissances scientifiques sont produites, en ordre dispersé, alors qu’elles sont nécessaires pour réduire les dégradations croissantes sur ces écosystèmes qui sont aussi ceux qui apportent de nombreux services à la société.

L’Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques (Onema) a confié au Muséum national d’Histoire naturelle la réalisation d’une synthèse qui avait pour but d’identifier comment la recherche scientifique, peut bénéficier aux acteurs techniques impliqués dans la conservation des zones humides. En effet, l’action de ces acteurs requiert souvent l’apport de méthodes et outils robustes, validés scientifiquement. Ici, les zones humides prises en compte sont les milieux d’interface entre les milieux terrestres et aquatiques en métropole et en outre - mer répondant à la typologie SDAGE. Le lit mineur des cours d’eau, la zone de pleine eau des lacs, la zone strictement marine, les récifs coralliens sont exclus de cette étude.

La méthode employée pour réaliser cette synthèse est le fruit d’échanges avec des scientifiques et des acteurs techniques lors de groupes de travail dédiés.

En savoir plus

- Point sur la recherche scientifique et ses débouchés opérationnels 2001-2011

- Rencontre de l'Onema n°25 - Milieux humides : une journée d'échanges pour rapprocher la recherche des besoins du terrain

Page mise à jour le 13/02/2017
Haut