Programmes et projets nationaux de recherche

Le ministère en charge de l’écologie développe des programmes de recherche conçus pour répondre aux questions d’ordres scientifique et technique posées par les acteurs, gestionnaires et usagers de terrains définis. Certains s'intéressent plus spécifiquement aux milieux aquatiques et à leur gestion. Les zones humides sont donc concernées. Les démarches scientifiques de qualité, interdisciplinaires et participatives, sont mises en avant, ainsi que le transfert des résultats aux utilisateurs potentiels, entre autres lors de séminaires ou journées d’échange.

 
Le programme LITEAU

Lancé en 1998, ce programme vise à prendre en compte les interrogations des acteurs du littoral sensu lato par la mise au point de méthodes, d’outils scientifiques en vue d’un développement durable des systèmes côtiers. Pas moins de 29 projets ont été lancés donc plusieurs concernent des zones humides de grande envergure (Camargue, baie du Mont Saint-Michel, golfe du Morbihan, bassin d’Arcachon, estuaires de la Seine, de la Loire, lagons de Nouvelle-Calédonie). En savoir plus

 

Le programme Eaux et Territoires

Initié en 2007 conjointement avec le Cemagref, il a pour objectif d’éclairer les politiques actuelles ou à venir sur la gestion de l’eau. Il s’agit de décloisonner les politiques sectorielles, nationales, européennes, de proposer des approches et des modes de gestion transversaux. Les démarches systémiques sont ancrées dans des problématiques liées à la gouvernance de l’eau. Sur les 20 projets en cours, plusieurs intéressent directement des marais (Camargue, Baux, Haut-Rhône, Garonne, Allier, estuaire de la Gironde). En savoir plus

 

Le programme IFRECOR

IFRECOR (Initiative Française pour les REcifs CORalliens), lancée en 1998, a pour principal objectif de coordonner l’action des acteurs pour la gestion durable et la protection des récifs coralliens et de leurs écosystèmes associés (mangroves, herbiers).
Un réseau de correspondants fait vivre le programme dans les huit DOM-COM qui possèdent au total 10 % des récifs coralliens mondiaux. L’association de chercheurs, de représentants du monde socioprofessionnel, d’administrations d’État et de collectivités sert à développer des actions communes (recherche, communication, gestion). En savoir plus
 

 

Le programme Ingénerie écologique du CNRS

Mis en place en 2007 conjointement avec le Cemagref, l’axe Ingénierie écologique du Programme interdisciplinaire de recherche du CNRS « IngECOtech » a pour objectif de développer des recherches visant à : réduire les impacts des aménagements et des activités humaines sur la nature, réhabiliter des écosystèmes, restaurer des communautés… Les appels d’offre annuels ont permis de financer 80 projets, de structurer une communauté scientifique, de donner de la visibilité aux équipes travaillant dans le domaine. Des recherches portent sur la phytoremédiation, le traitement d’eaux usées par des mangroves, la restauration de roselières ou de prairies humides.
 
Trois réseaux d’ampleur nationale sont soutenus par le PIR Ingénierie écologique:
 
                                
 

Les orientations 2010-2012 se résument à un centrage de l’ingénierie écologique sur le vivant, comme finalité et outil ; une prise en compte des services écosystémiques mais aussi des savoirs locaux ; un développement de projets intégrés associant la démonstration ou l’action, de recherches en sociologie, économie et philosophie. En savoir plus

 
Les programmes de l'Agence nationale de la recherche (ANR)
 
 

L'agence nationale de la recherche finance depuis 2005 des projets au service de la recherche sur six grandes thématiques, dont celle intitulée « écosystèmes et développement durable ». 

Des projets sélectionnés par les programmes « Agriculture et Développement Durable » ou « Systerra » contribuent à mieux comprendre la place et le rôle des prairies dans la gestion agri-environnementale et écologique d’un territoire (PRAITERRE) ; les évolutions de systèmes d’élevage dans les bassins versants côtiers (ACASSYA) ; les pratiques piscicoles (PISCEnLIT) ; les aires marines protégées (AMPED).

Bien que peu représentées dans le programme « Biodiversité » (Collaboration ANR-FRB), les recherches sur les milieux aquatiques et humides apportent aussi des éléments importants pour la compréhension de processus et fonctionnements de ces systèmes (FRESHWATER FISH, FISHLOSS, InBioProcess…).

 

A noter que de nombreuses études à caractères scientifiques sont soutenues par des organismes nationaux (ONEMA, Ifremer, Conservatoire du littoral…) et des collectivités (Plans État-Région, PSDR...), ou encore les Agences de l’eau… Si la présentation d'une vue d'ensemble est difficile compte-tenu du nombre d'études lancées, 2 outils peuvent vous aider :
- le portail Carteau pour identifier les acteurs de la recherche sur l'eau
- le portail des documents techniques sur l'eau qui donne accès à des résultats d'études"

Page mise à jour le 10/09/2015
Haut