"Les zones humides pour notre avenir"

Si les océans et les forêts sont souvent comparés aux poumons de la planète, les milieux humides en sont les reins

Ces milieux sont essentiels au bien être des générations futures.

  • - Marais, tourbières, prairies humides, lacs, lagunes, mangroves... : les milieux humides se déclinent en une multitude de facettes.
  • - Comme tous les écosystèmes, les milieux humides rendent de nombreux services à l’humanité.
  • - Ils jouent un rôle capital dans la recharge des eaux souterraines, l’épuration des eaux,la prévention des crues et des sécheresses.
  • - Ils protègent les berges, les rivages de l’érosion, et les côtes des tempêtes.
  • - Écosystèmes extrêmement productifs, ils sont des réservoirs de biodiversité.
  • -Terres vivantes, les milieux humides sont des pivots de développement économique et dépositaires de valeurs culturelles.

C'est dès à présent qu'il est important de les préserver mais également d'informer et de sensibiliser les plus jeunes d'entre nous sur la richesse de ces territoires hors du commun.

"L'éducation est l'arme la plus puissante pour changer le monde"

Nelson Mandela

D'inestimables services rendus

Les milieux humides rendent de nombreux services à la société.

Infrastructures naturelles aux rôles multiples, ils améliorent la qualité de l’eau, réduisent l’érosion des côtes et des bassins versants, contribuent au renouvellement des nappes phréatiques, stockent naturellement le carbone, atténuent l’impact des crues et des sécheresses sur les personnes, les biens et l’économie.

Ils comptent parmi les milieux où la production de matière vivante est l’une des plus fortes. Ils assurent une part non négligeable de l’alimentation mondiale à travers la pêche, l’agriculture et la chasse.

Ces milieux fournissent une large variété de produits : herbages, pâturages, riz, fruits, légumes, céréales, oléagineux, viande, poissons, huîtres, moules, coques, bois, roseaux, argile, osier, joncs, tourbe. En Outre-mer, les milieux humides produisent à travers la pêche une ressource alimentaire pour plus d’un million de personnes.

Véritables réservoirs de biodiversité, les milieux humides abritent un nombre considérable d'espèces animales et végétales. Ils servent aux animaux d'abri, de lieux de repos et ou de reproduction, ou encore de territoire de chasse. Ils accueillent, une partie de l'année, des oiseaux migrateurs en nombre. Sur le littoral métropolitain, ce sont quelques 635 000 oiseaux d'eau que comptabilisent les dix principaux sites d'hivernage - Camargue, bassin d'Arcachon, baie du Mont Saint-Michel, baie de l'Aiguillon, réserve naturelle de Môeze, étangs montpelliérains, presqu'île de Guérande, Golfe du Morbihan, baie de Bougneuf et Noirmoutier, littoral picard - moyenne de la fréquentation sur 2000-2005 (Comptages Wetlands international annuels) 

Un patrimoine culturel et paysager méconnu

Au fil de l'histoire, de nombreuses civilisations se sont développées en lien avec les milieux humides.

Le croissant fertile de Mésopotamie, où est née l’agriculture il y a environ 10 000 ans, était une zone de marais et de terres humides. Les estuaires, les deltas et les rivières ont procuré des ports naturels et des places commerciales majeures.

En France aussi, les milieux humides ont une remarquable importance historique, culturelle et paysagère : la baie du Mont-Saint-Michel abrite le mont éponyme sur lequel s’élève la célèbre abbaye, la Camargue est parcourue par les manades - troupeaux de taureaux ou de chevaux Camargue -, les marais salants de Noirmoutier ou de l’île de Ré sont exploités par les sauniers...

Les religions ont influencé et influencent encore la façon de penser et d’agir d’une partie de l’humanité. En Europe païenne ou chrétienne, les voyageurs se perdaient dans les marais et pouvaient y croiser une « vouivre », serpent ailé aux pattes de porc, à la recherche de proie, comme on en trouve tant de traces dans les tourbières du Nord. Au contraire, en Extrême-Orient les milieux humides sont habités par des divinités bienfaisantes et joyeuses. Ce sont elles qui font pousser le riz. (Zones humides infos n°54 - Sacrées zones humides - 2006).
Dans la littérature, ces paysages inspirent les écrivains comme dans « Le secret des marais » d’Amanda Stevens ou bien encore « la mare au diable » de George Sand. Ils ont également été mis à l'écran notamment dans « les enfants du marais » de Jean Becker...

L'exubérance des manifestations biologiques des milieux humides contitue également un excellent support pédagogique d'information et de sensibilisation sur la diversité, la dynamique et le fonctionnement de notre environnement. Ils trouvent par exemple toute leur place dans le cadre des classes d'eau, destinées à sensibiliser à la protection de l'eau et des milieux aquatiques, et sont le théâtre de nombreuses animations. 

Par ailleurs, les territoires des milieux humides sont devenus des espaces de tourisme et de loisirs: lieux de randonnées, de pêche, de chasse, de baignades et d’activités nautiques (canoë, barque, voile, péniche...), etc. Les sites du Conservatoire de l’espace littoral et des rivages lacustres, qui renferment de nombreux milieux humides, accueillent ainsi 30 millions de visiteurs par an.

Des sources d'information

Prenez le temps de parcourir les pages dédiées à la thématique de l'année ainsi que la bibliographie disponible.

Quelques publications récentes :

 

- Les paysages des zones humides n° 73-74 (655171)

- Fonctions et services rendus par les zones humides n°66 (2009)

- Le petit patrimoine des zones humides n°63 (2009)

 

  

En savoir plus en France

 

Sur les sites Ramsar et les centres d'informations zones humides

 

 

Sur les milieux humides : terres de patrimoine et d’émotions

(labellisés JMZH 655175)
 
(En Vidéos)

 

Sur les fonctions des zones humides

Sur les services rendus à la société

Page mise à jour le 05/10/2015
Haut