Tourbières

Iled'Amsterdam - tourbière Photo J.WhitnamCes milieux tourbeux ont les mêmes caractéristiques que les tourbières rencontrées en France métropolitaine : milieux gorgés d’eau en permanence, accumulation de tourbe, sol composé de matière organique d’origine végétale peu ou pas décomposée…


A l’échelle mondiale, les tourbières sont essentiellement localisées en zone boréale, entre les latitudes 50° et 70°. Dans les territoires français d’outre-mer, elles sont prédominantes sous des climats froids comme dans les îles de Saint Pierre et Miquelon et des Terres australes et antarctiques françaises (îles crozet et d'amsterdam notamment), Cependant elles sont aussi présentes sous des latitudes plus chaudes,  là où les précipitations sont importantes, comme dans les hauteurs de l’île de la Réunion par exemple. Les sols sont également de type tourbeux dans la zone arrière-littorale en Guyane, où ils portent des forêts.

Les tourbières jouent un rôle d'envergure mondiale pour la diversité biologique, l’eau, le piégeage du carbone mais aussi pour les communautés humaines.
Elles absorbent et libèrent des eaux, fournissent des ressources naturelles pour les communautés locales et populations autochtones, stabilisent les paysages, atténuent les crues, éliminent les polluants et peuvent être le lieu d’activités touristiques et de loisirs.
Dans le monde, les tourbières sont particulièrement menacées par les activités humaines : drainage et transformation des terres, exploitation de la tourbe comme combustible, brûlage, surpâturage ou abandon des terres agricoles, pollution, et pompage excessif d’eau. Le développement du tourisme (piétinement, passage motorisé répétitif...) et le changement climatiques (augmentation de la température, diminution des précipitations …) représentent également un danger pour ces milieux.

Page mise à jour le 10/09/2015
Haut