Evolution entre 2000 et 2010

D'après l'enquête nationale à dire d'experts pilotée par le MEDDE portant sur l'évolution de 152 sites de métropole et d'outre-mer entre 2000 et 2010, si la situation des sites s'est améliorée pour 11 % d'entre eux, elle s'est dégradée pour 48 %.

Les superficies des milieux humides sont restées stables dans 70 % des cas. Les dunes et pannes dunaires, les prairies et les landes humides ont subi les cas de régression les plus nombreux. A contrario, les milieux artificiels, dont les gravières, se sont étendus. 

Concernant l'évolution de l'état de conservation des milieux, les dunes et pannes dunaires et les prairies humides se sont dégradées dans plus de 50 % des cas. Toutefois, certains milieux ont bénéficié d'actions de restauration, comme les mangroves, les annexes alluviales, les dunes et pannes dunaires.

Les milieux salés et saumâtres résistent mieux dans leur ensemble que les milieux doux. Les pressions sur les sites sont dues à certaines activités d'origine anthropique (drainage, urbanisation, pollutions, ...), mais également à des phénomènes climatiques type tempêtes ou encore à la progression d'espèces envahissantes d'origine animale ou végétale. "

Page mise à jour le 10/09/2015
Haut