Arrivée d'espèces exotiques envahissantes

Certaines espèces animales ou végétales « envahissantes » déséquilibrent gravement les écosystèmes des milieux humides.

Renouée du japonLes invasions biologiques sont, après la destruction des habitats, la deuxième cause de perte de biodiversité dans le monde (source : UICN).
Les causes d’introduction de ces espèces sont pour la plupart volontaires. L’horticulture est ainsi la première source de dissémination de plantes envahissantes au niveau mondial.
Cependant certaines plantes ou animaux « exotiques » gagnent les milieux de manière accidentelle, par le fret aérien, le transport de matériaux ou de semences transportées, le déplacement des eaux de ballast des bateaux…

Sur les milliers d’espèces animales et végétales qui arrivent sur le territoire métropolitain, seul un petit nombre pose réellement problème. Ces espèces qui s’adaptent si bien qu’elles deviennent envahissantes ont un double impact :

- Sur les espèces indigènes
Par leur fort pouvoir de colonisation, les espèces invasives entrent en compétition avec les animaux et plantes indigènes (nourriture par exemple), entraînent la destruction de leurs habitats, peuvent être vecteurs de maladies.

- Sur les milieux
Elles peuvent fragiliser des berges et des ouvrages, banaliser les paysages, perturber les écoulements et la sédimentation, limiter les échanges gazeux, modifier l’acidité et atténuer la lumière dans les espaces où elles vivent.

Les activités humaines - pêche, chasse, baignade, nautisme, agriculture) - sont parfois gênées par ces espèces invasives qui provoquent des dégâts, entraînent une diminution des prises, etc.

Page mise à jour le 10/09/2015
Haut