Typologie HGM

L’approche hydrogéomorphologique proposée par Smith et al. (1995) est basée sur le postulat que les fonctions dépendent d’abord de l’hydrologie, de l’hydrogéologie et de la géomorphologie de la zone humide. Elle fait appel au système de classification hydrogéomorphologique de Brinson (1993a, b). La méthode mobilise le système de classification développée dans cette approche. Elle reconnaît, en amont de l’évaluation des fonctions, que les zones humides sont régies par différents types de fonctionnements hydrologiques, hydrogéologiques et hydrogéomorphologiques. Trois aspects fondamentaux sont décrits pour identifier le système hydrogéomorphologique d’une zone humide :

  • la configuration géomorphologique : la topographie de la zone humide (dépression, vallée…), la géologie, l’emplacement dans le paysage (de la tête de bassin jusqu’à la basse vallée) ;
  • la source d’alimentation en eau : l’origine de l’eau alimentant la zone humide (précipitations, apports de surface et sub-surface, apports d’eau souterraine) ;
  • l’hydrodynamique : la direction et l’importance des flux d’eau de surface et de sub-surface dans la zone humide.

La classification établie par Brinson (1993a, b) aboutit à sept principaux types de systèmes hydrogéomorphologiques.
Il convient de mentionner comme limite à cette classification que les zones humides ont des fonctionnements extrêmement complexes, et que pour certains sites, il peut s’avérer difficile de les classer dans un système hydrogéomorphologique. Cette limite reste toutefois inhérente à tout système de classification.

Utilisation en France

Cette classification est utilisée dans le cadre de l'utilisation de la méthode nationale d'évaluation des fonctions des zones humides (Version 1 - 2016) dans le cadre de l'élaboration d'étude d'incidence et d'étude d'impact ... Les adaptations sur ce système de classification (Gayet et al. 2016) ont permis de retenir cinq systèmes hydrogéomorphologiques (Tableau) : (1) alluvial, (2) riverain des étendues d’eau, (3) de dépression, (4) de versant et bas-versant et (5) de plateau.

Tableau 1. Apports majeurs d’eau et caractéristiques hydrodynamiques dominantes des classes hydrogéomorphologiques (modifié d’après Brinson 1995).

  Système hydrogéomorphologique Source d'eau dominante Hydrodynamique dominante
Alluvial Débordement de cours d'eau Unidirectionnelle, horizontale
Riverain des étendues d'eau Débordement des étendues d'eau Bidirectionnelle, horizontale
Dépression Décharge de nappe et apports de subsurface Verticale
Versant et bas versant Décharge de nappe Unidirectionnelle, horizontale
Plateau Précipitation Verticale

Clef de détermination des systèmes hydrogémorphologiques (adaptée de Smith et al. 1995) Gayet et al 2016.

Utilisation en Europe

Le programme européen « Functional Assessement of European Wetlands Ecosystems FAEWE », porte sur l’évaluation fonctionnelle des zones humides et propose une méthode (Functional Assessement Procedures-FAPs) en utilisant la notion d’Unité hydrogéomorphologique (HydroGeoMorphic Unit-HGMU). Les HGMU sont des aires spatiales aux caractéristiques géomorphologiques, l’hydrologiques et/ou hydrogéologiques homogènes, ainsi que des propriétés pédologiques et sédimentaires distinctes.
Cette méthode est inspirée de l’approche hydrogéomorphologique (Hydrogeomorphic Approach, HGM) mise au point pour évaluer les fonctions et valeurs des zones humides, elle comprend une classification hydrogéomorphologique des zones humides.

En savoir plus

 

Page mise à jour le 10/02/2017
Haut